Attention: les arnaques aux fausses annonces

Ces derniers temps, les tentatives d’escroqueries se multiplient sur les portails immobiliers. Les escrocs essaient de piéger des particuliers crédules en publiant de fausses annonces de logements attrayantes. Les conseils suivants aident à contrecarrer les plans de ces personnes malhonnêtes.

Jürg Zulliger

 

Si ça, ce n’est pas un appartement de rêve! Situé au calme, en plein cœur du centre historique de Zurich. Tout proche de la Limmat, au calme, à deux pas des magasins. Récemment rénové, le «petit bijou du centre historique» est loué à CHF 1100.–. 85 mètres carrés, sans autres restrictions, «durée de bail illimitée». Tel est le contenu de l’annonce.

Arnaque no 1: l’avance et la caution

La propriétaire répond immédiatement à la personne intéressée par l’annonce. Elle dit se trouver actuellement en Espagne car sa fille commence une formation à Barcelone. Un oncle va s’occuper de la visite et de toutes les formalités. La propriétaire située à l’étranger pose une seule condition: elle envoie un lien avec ses coordonnées bancaires. La personne intéressée doit d’abord lui verser une caution de CHF 3600.–.

Pourtant, l’annonce du logement et le superbe appartement ne sont que le fruit de l’imagination de malfaiteurs. Dans cette combine, les escrocs misent sur l’avance: grâce à ces fausses offres de logements, ils veulent accéder à l’argent de particuliers crédules. Et ils sont perfides! Dans de nombreuses villes où ce type de bon plan est rare, les particuliers se font constamment avoir par ces escrocs. Malheureusement, il est aussi vrai que plus les personnes en quête d’un logement sont désespérées, plus elles prennent de risques financiers. La police et les autorités savent que les escroqueries sous forme d’avance touchent presque tous les types d’annonces d’achat et de location, et en particulier les locations de vacances, les appartements utilisés de manière temporaire et les chambres en colocation.

Les arnaqueurs sont toujours plus hardis et professionnels. Certaines personnes en quête d’un logement sont dirigées vers de faux sites Internet: toute l’interface est vraiment trompeuse. En fin de compte, on en revient exactement à la même arnaque. L’espoir d’avoir déniché un appartement à un «petit prix» conduit les personnes à être moins vigilantes. Elles effectuent des prépaiements et versent même des montants plus élevés pour la caution. Mais elles ne reverront jamais leur argent.

Arnaque no 2: le phishing sur Internet

La deuxième arnaque consiste à convaincre des consommateurs ignorants de communiquer leurs données personnelles et leurs mots de passe. Pour les attirer, les escrocs utilisent ici aussi des offres immobilières attrayantes. Ils contactent leurs victimes par SMS ou par e-mail. Les personnes sont alors dirigées vers ce que l’on appelle un site de phishing. La plupart du temps, ces sites imitent l’interface officielle de plateformes immobilières sérieuses ou d’agents immobiliers.

Avec les mots de passes et adresses e-mail escroquées, les criminels tentent d’accéder aux services en ligne des banques ou à d’autres services Web. Car, en fin de compte, un nom, une adresse e-mail et un mot de passe suffisent en partie à briser les serrures.

Deux fois plus sournois

Ce type de machination est deux fois plus sournois dans le contexte actuel: La situation liée au coronavirus fait leur jeu puisque de nombreuses personnes cherchent un logement depuis leur domicile, leur facilitant d’autant plus la tâche qu’elles renoncent, dans un premier temps, à rencontrer physiquement les auteurs des annonces. Les arnaqueurs exigent des contributions préalables tout à fait scandaleuses. La plupart du temps, il s’agit bien évidemment d’argent. En contrepartie, ils promettent une remise des clés ou une visite du bien.

Ici aussi, il convient donc de ne jamais faire confiance à n’importe qui et de ne jamais verser de l’argent «à l’aveugle». Car les escrocs ne veulent qu’une chose: empocher l’argent avant de se volatiliser dans la nature.

Check-list: «faire des recherches avec du bon sens…»

  • Trop beau pour être vrai: sois particulièrement vigilant lorsque le logement est proposé à un prix imbattable ou lorsque l’offre ne semble pas plausible («appartement de 4-5 pièces à Zurich pour CHF 1000.– par mois…»). Ce conseil est valable pour les achats comme pour les ventes.
  • Ne pas communiquer ses données personnelles: ne communique jamais tes mots de passe, copies de pièces d’identité, coordonnées bancaires, etc. à l’aveuglette ou sur des sites Internet non vérifiés.
  • Vérifier l’authenticité: les fausses annonces sont en partie trahies par leurs «photos de catalogues» interchangeables, leurs descriptions quelconques et leurs éléments de textes. Un texte rédigé dans un français approximatif est aussi un indice montrant que les escrocs agissent depuis l’étranger et utilisent des services de traduction de mauvaise qualité.
  • Une façon de procéder douteuse: dans la pratique, un bailleur renoncerait rarement à une visite du bien ou à signer un contrat. Sois donc prudent si les clés te sont remises contre paiement. Parfois, la remise des clés est même proposée via homegate.ch (la plateforme homegate.ch n’assure ni les visites, ni la remise des clés).
  • S’assurer du bon déroulement des choses: pour commencer, tu dois pouvoir vérifier qui est le propriétaire (adresse professionnelle, gérant indépendant, contrat de location). Toute personne intéressée par un logement a le droit de le visiter gratuitement et sans engagement.
  • Du bon sens: tout bailleur ou gérant souhaite connaître son futur locataire. Dans ce secteur, il est d’usage que les prises de contact personnelles et les visites soient possibles à tout moment.
  • L’excuse classique: «le propriétaire est à l’étranger»: si tout se fait de manière anonyme par e-mail et téléphone, cela doit te mettre la puce à l’oreille. Si l’expéditeur, le nom, la raison sociale, les adresses e-mail, etc. te semblent inhabituelles et peu professionnelles, renseigne-toi bien.
  • Se fier à son bon sens: si une offre semble trop belle pour être vraie, c’est généralement le cas. Si tu as un mauvais pressentiment, cela doit te mettre la puce à l’oreille.

 

Homegate étudie en détail toutes les annonces avant de les publier et coupe ainsi régulièrement l’herbe sous le pied des escrocs. Malgré tout, mieux vaut savoir que ce type de problèmes existe et se fier à son bon sens. Les plateformes immobilières ne sont pas compétentes pour surveiller les escrocs avec des moyens policiers ou pour les poursuivre en justice. Si tu as des doutes ou que tu es toi-même victime d’une escroquerie, il convient de contacter la police.