Les maisons de vacances en Suisse sont de moins en moins demandées

Le marché des maisons de vacances en Suisse est saturé. Toutefois, la baisse des prix attendue pourrait également permettre aux Suisses de faire des bonnes affaires. Pour les chalets de villégiature par contre, la demande est toujours soutenue.

S-chanf im Kanton Graubünden im Winter.

Dans les régions plus reculées de l’Engadine, la demande de maisons de vacances diminue plus fortement qu’en Suisse centrale, par exemple. (Image: Marcelkessler / Pixabay)

Autrefois, une maison de vacances dans les montagnes suisses était considérée comme un objet de prestige. Aujourd’hui, de plus en plus de gens peuvent se permettre un tel objet –s’ils voulaient bien. Parce que les prix des maisons de vacances baissent depuis des années. La demande manque, alors qu’il y a tout sauf une pénurie d’objets. Fin 2018, le journal «Sonntagszeitung» faisait état d’une étude réalisée par le cabinet de conseil immobilier «Wüest Partner», constatant que près de 10 000 résidences secondaires étaient à vendre dans des zones touristiques – en 2003, on comptait environ 3 500.

L’énorme augmentation de l’offre immobilière est due en grande partie à l’adoption de l’initiative sur les résidences secondaires en 2012. Vu l’incertitude quant à sa mise en œuvre, les propriétaires ont réalisé leurs demandes de construction déjà approuvés le plus rapidement possible. Il en a résulté une offre excédentaire qui est absorbée que lentement depuis lors. En même temps, dû à la vigueur du franc suisse, de moins en moins d’étrangers peuvent ou veulent s’offrir une maison de vacances en Suisse. Et ceux qui en possèdent déjà un décident de plus en plus de la vendre. Le gain généré par l’appréciation du franc suisse, malgré la baisse des prix, est trop alléchant.

Les jeunes aiment voyager

Mais ce n’est pas toujours une question de gain. Parfois, l’ancienne maison de vacances n’est tout simplement peu utilisée. De nombreux enfants se séparent des objets de leurs parents décédés. Aujourd’hui, les jeunes partent en vacances différemment qui leurs parents qu’il y a deux ou trois décennies. La mobilité s’est accrue et, en même temps, la location des maisons de vacances dans le monde entier s’est accrue. Grâce aux portails en ligne sur Internet, n’importe qui peut louer rapidement et facilement une maison de vacances –chaque année à en endroit différent. Passer trois à quatre fois par an sa semaine de vacances au même endroit? Pour beaucoup, c’est simplement trop ennuyeux. Ils veulent plutôt être de vrais globetrotters. Le passage du flambeau à la prochaine génération devrait avoir un impact encore plus important sur le marché suisse des maisons de vacances dans les années à venir.

La maison de vacances pour le week-end

Ascona: Beliebter Touristenort im Kanton Tessin.

Alors que de plus en plus d’Allemands se retirent du Tessin, la «petite Italie» devient plus attrayante pour les Suisses grâce à des temps de voyage plus courts. (Image: Adege / Pixabay)

Ce changement de comportement en matière de voyages se manifeste bien sûr non seulement chez les étrangers, mais également chez les Suisses. Pour eux aussi, la maison de vacances dans les montagnes semble de moins en moins attrayante. D’une part, ils profitent autant de la vigueur du franc, leur permettant de dépenser beaucoup plus lors de vacances de ski en Autriche. D’autre part, ils ne veulent plus passer leurs vacances toujours au même endroit, mais plutôt explorer le monde – au moins lors des vacances prolongées.

Mais la situation est quelque peu différente en ce qui concerne les courts séjours. Passer régulièrement le week-end à la montagne ou au Tessin? Certains Suisses n’y sont pas opposés, si le voyage ne prend pas trop de temps. Ainsi, la baisse des prix des maisons de vacances situées dans des régions bien développées et rapidement accessibles à partir du Mittelland est moins prononcée qu’en Engadine, par exemple. La Suisse centrale en profite aussi, tout comme le Tessin, grâce au tunnel de base du Saint-Gothard. Alors que de plus en plus d’Allemands vendent leurs résidences secondaires héritées au Tessin ensoleillé, l’intérêt des Suisses alémaniques pour le canton transalpin augmente. Dans l’ensemble, cependant, les occasions de faire de bonnes affaires ne manquent certainement pas.