N’exagérez surtout pas!

Une fois de plus, une tendance résidentielle scandinave s’est positionnée pour une avancée triomphale : elle s’appelle Lagom et est synonyme d’équilibre, d’harmonie et de concordance.

Il y a quelques années, le style d’ameublement danois Hygge – synonyme de confort, de convivialité et de bien-être – était considéré comme la mesure des choses – aujourd’hui, la prochaine tendance de l’Europe du Nord est déjà arrivée chez nous. Son nom est Lagom, elle exprime l’attitude suédoise face à la vie et elle est difficile à exprimer en un mot. La description «ni trop, ni trop peu, juste ce qu’il faut» se rapproche peut-être le plus du sens de Lagom. Il s’agit donc de la quantité appropriée, et ce dans le plus grand nombre de situations possibles: dans l’habillement et l’ameublement, dans l’alimentation et le sport, dans la compatibilité de la vie privée et professionnelle, ainsi que dans la vie sociale en général. Cependant, Lagom va bien au-delà du propre mode de vie. Le concept, qui met l’accent sur la durabilité et l’utilisation prudente des ressources naturelles, a une dimension sociale: Lagom s’occupe non seulement de l’homme, mais de toute la planète.

Moins, c’est plus

Si vous voulez trouver le juste milieu lors de l’implémentation de Lagom, vous devez éviter les extrêmes. Le style puriste ascétique avec des pièces presque vides est tout aussi déplacé que son opposé, le chaos opulent. Conformément à la devise «moins, c’est plus», le désencombrement doit être effectué régulièrement afin que l’appartement ou la maison ne se remplisse pas trop. L’experte japonaise Marie Kondo est d’une aide précieuse. Son conseil est aussi inhabituel que simple et conduit en fait à une réduction durable des articles ménagers: en dehors de ce qui est absolument nécessaire, comme les documents officiels, vous devez vous débarrasser de tout qui ne vous rend pas heureux. Vous pouvez ainsi vous libérer des vêtements non portés, que vous devez «amortir», les gobelets en étain mal-aimés, un cadeau d’une tante et que vous avez gardés par sens du devoir. Vivre Lagom exige un bon équilibre entre le design, le confort et la fonctionnalité. L’ameublement doit être beau, mais l’esthétique ne doit pas s’imposer au détriment de la commodité et de l’utilisation pratique dans la vie de tous les jours. Le confort, à son tour, ne doit pas aller jusqu’à donner l’impression de se laisser aller en habitant. La fonctionnalité ne doit pas non plus être surestimée, car ce qui est pratique dégage parfois une certaine absence d’âme. En ce qui concerne les couleurs, la retenue est de mise: beaucoup de blanc et de lumière ou de terre, les nuances calmes correspondent plus au juste milieu que les contrastes dramatiques et les tons forts. Néanmoins, il n’est pas nécessaire de renoncer aux couleurs accrocheuses. Au lieu du canapé ou du mur du fond de la cuisine, ils sont utilisés pour des accessoires tels que des serviettes éponge, des coussins décoratifs ou des bougies. Quand vous en avez assez d’eux, vous les rangez simplement et ne les retirez que lorsque vous en avez envie.

Recycler et surcycler

Comme la durabilité est une partie importante de Lagom, ce style d’ameublement inclut des meubles fabriqués à partir de ressources renouvelables et écologiquement saines. Lagom comprend aussi l’utilisation d’antiquités et de meubles d’occasion, que l’on peut trouver au marché aux puces ou à la brocante. Le cycle de vie des meubles peut être prolongé grâce au recyclage par les artisans. Le surcyclage («upcycling» en anglais) est l’action de récupérer des matériaux ou des produits dont on a plus l’usage afin de les transformer en matériaux ou produits de qualité ou d’utilité supérieure. Par exemple, une vieille chaise de cuisine peut être transformée en étagère murale. Pour ce faire, on scie les pieds, une partie de l’assise et éventuellement une partie du dossier et on fixe ce qui reste «normalement» ou à l’envers sur le mur. Cependant, Lagom ne serait pas Lagom si la durabilité était obstinément poursuivie et transformée en «fanatique de l’écologie». Il faut plutôt maintenir l’équilibre entre la sensibilisation à l’environnement et le consumérisme. Le fabricant de meubles Ikea, qui devrait être particulièrement réceptif au concept Lagom grâce à son origine suédoise, a lancé une campagne pour une plus grande durabilité en Suisse en avril 2018. C’est ainsi qu’il veut devenir autosuffisant en énergie dans deux ans. Il appelle également ses internautes à prendre à cœur ses «dix petits pas vers un monde meilleur». Outre les mesures d’économie d’énergie connues de longue date, telles que l’utilisation de sources lumineuses à LED, la réduction de la température ambiante pendant la période de chauffage et l’achat d’appareils ménagers les plus économes en énergie possible, ces mesures comprennent également des conseils plus inhabituels: boire de l’eau du robinet au lieu d’acheter des bouteilles en PET, consommer les restes de nourriture et limiter la consommation de viande. C’est tout simplement vivre «Lagom», même si Ikea ne l’appelle pas explicitement ainsi.