Planification de la rénovation: rénover avec système

Planification d’une rénovation: pour de plus en plus de personnes, cela devient une tâche urgente. Des dizaines de milliers de bâtiments résidentiels ont fait leur temps. L’idée de leur redonner un nouvel éclat avec une peinture fraîche ou même une rénovation majeure est en train de mûrir, néanmoins, évitez les rafistolages!  Une bonne planification est essentielle dès le début.

Une peinture fraîche: la rénovation au pinceau peut être réalisée sans permis de construire ni architecte. (Image: fotolia)

Planifier la transformation – mais comment? De nombreux projets de rénovation ou de transformation commencent sans plan précis. Mais attention: la plupart des personnes ne commencent pas non plus à s’adonner à des visions architecturales ou à construire des châteaux en l’air. Bernhard Lauper, conseiller à la clientèle chez Immopro SA à Zurich, commente: «Dans la pratique, un dommage prétendument mineur lié à l’âge d’une maison incite souvent les propriétaires à considérer un lifting complet. Un exemple: au début de l’histoire d’une rénovation, il y a souvent une rupture ennuyeuse d’une conduite d’eau. Elle nécessite des recherches plus approfondies sur les causes. Soudain, les maîtres d’œuvre et les propriétaires sont alors surpris: «Qu’avons-nous fait pour déclencher une telle avalanche?»

La rénovation: «Déclencher une avalanche»

Il est tout à fait possible que les experts doivent alors donner des conseils: il est préférable de remplacer toute la tuyauterie dans la maison pour éviter d’autres dommages causés par l’eau. Il se peut donc que le propriétaire ne soit pas en mesure d’éviter de prendre des mesures correctives de grande envergure qui sont coûteuses. Si la tuyauterie doit être remplacée, il est judicieux de rénover aussi toutes les pièces humides, c’est-à-dire les salles de bains et les cuisines.

Parfois, les contraintes extérieures jouent également un rôle, par exemple en ce qui concerne la densification des constructions. Dans de nombreuses villes et communes, les règlements des constructions et les plans de zone ont été adaptés au cours des dernières années», explique M. Lauper. C’est-à-dire: des densités d’utilisation plus élevées sont souvent autorisées pour les parcelles déjà construites. Un maître d’œuvre ou un propriétaire dispose ainsi d’une certaine marge de manœuvre pour agrandir le bâtiment ou pour construire une annexe.

En outre, de plus en plus de personnes envisagent la durabilité et la consommation d’énergie. Aujourd’hui, chaque projet de transformation englobe de tels aspects: est-il également temps de mettre à niveau le système de chauffage? L’enveloppe du bâtiment et les fenêtres doivent-elles être remplacées pour se conformer aux règlements actuels ou futurs?

Pour tirer le meilleur parti de l’espace et du design, vous avez souvent besoin d’un bon architecte. (Image: fotolia)

Planification de la rénovation: la première erreur

L’erreur la plus grossière lors de transformations et de rénovations: les décisions hâtives. Surtout chez les bâtiments plus anciens, une analyse complète est utile, ce qui serait possible et raisonnable dans le cadre de la structure spatiale existante et en raison du droit cantonal ou communal en matière de construction et d’aménagement du territoire. Le maitre d’œuvre peut alors toujours se décider soit d’utiliser ces réserves, soit de se contenter d’une simple réparation ou d’un entretien du bâtiment.

Le zurichois René Dalla Corte, qui a réalisé d’innombrables projets de transformation très exigeants au cours de sa carrière, remarque: «Le début du projet est décisif! Je consulterais un bon architecte ou un maître d’œuvre.» Avant même de commencer, vous devriez vous rencontrer plusieurs fois et élaborer un cahier des charges. Dalla Corte continue d’insister: «Le maître d’œuvre doit analyser minutieusement le bâtiment, écouter attentivement le client et comprendre ses souhaits.»

Il y a encore une bonne nouvelle pour les propriétaires: le savoir-faire en matière d’entretien et de rénovation est élevé en Suisse. Il y a de nombreux maîtres d’œuvre, consultants en bâtiment, ateliers de construction, artisans et architectes qui ont beaucoup d’expérience et les meilleures références pour le mot-clé «planification de la transformation».

Planification de la rénovation: la deuxième erreur

La deuxième gave erreur des maîtres d’œuvre : s’adresser aux mauvaises personnes. Peut-être que le constructeur choisi à la va-vite réalisera une transformation purement superficielle, sans même réaliser tout le potentiel d’un objet.

Si le maître d’œuvre souhaite apporter des modifications fondamentales et une nouvelle conception du bâtiment, un architecte est généralement nécessaire. Il appartient aux planificateurs et aux architectes de sonder avec précision la structure spatiale et d’identifier les possibilités d’amélioration.

Cependant, il est parfois préférable de faire appel à un maître d’œuvre, surtout lorsque l’organisation et la coordination d’un projet de construction se trouvent au premier plan. La tâche d’un chef de chantier est de coordonner de manière optimale les différents types de travaux et les artisans pour assurer le bon déroulement du chantier.

La situation est encore différente lorsqu’il s’agit uniquement de travaux de peinture (rénovation au pinceau), de remplacement d’appareils individuels ou de transformations de cuisines. Si vous souhaitez rénover la cuisine (sans toucher à la structure de l’espace ou à d’autres parties du bâtiment), vous avez besoin de bons planificateurs de cuisine et des constructeurs de cuisine en tant que partenaires.

Beaucoup d’amateurs se demandent: une rénovation nécessite-t-elle un permis? Les conditions varient selon les cantons et les communes. En règle générale vaut: une «rénovation au pinceau» purement superficielle à l’intérieur du bâtiment ne nécessite pas de permis. Selon le conseiller à la clientèle Bernhard Lauper, il faut obtenir un permis si des modifications importantes sont nécessaires: par exemple, le changement de l’aspect extérieur ou aussi les changements d’affectation (convertir des appartements en bureaux ou similaire).

La troisième erreur : le manque d’une planification globale

La troisième grande erreur: commencer des mesures individuelles isolées – sans planification globale concluante et sans concept bien pensé. De nombreux experts mettent en garde: «Attention aux rafistolages!»

Si vous voulez que les choses que vous désirez se réalisent, vous devez planifier la transformation – du début à la fin. Pour les professionnels, le diagnostic du bâtiment est la norme dans de tels cas. Un architecte ou un expert en construction examine le bâtiment sur place et évalue l’état des matériaux, des installations techniques du bâtiment, de la charpente, etc.

À des intervalles de 20 à 25 ans, le chauffage, l’enveloppe du bâtiment et les installations techniques du bâtiment doivent souvent être remplacés à un coût élevé. Chaque composant possède une certaine durée de vie. Planifier la transformation signifie: les différents types de travaux doivent être correctement combinés et répartis par étapes. Cette planification de base comprend également l’établissement d’un budget approximatif. Les architectes et experts en construction s’appuient sur l’expérience et les valeurs de référence. Pour les mesures plus importantes telles que les bâtiments annexes et les surélévations, les dispositions suivantes s’appliquent: les coûts par surface ou mètre cube d’espace construit sont souvent similaires à ceux d’un nouveau bâtiment.

Avant que les artisans n’arrivent sur place: une planification minutieuse est considérée comme le facteur de réussite numéro un d’une transformation. (Image: fotolia)

Conclusion: planifiez pour la prochaine génération

Lorsque vous planifiez une rénovation, tenez compte des points suivants: les immeubles représentent des placements à long terme. Beaucoup de biens immobiliers sont légués à la prochaine génération. Par conséquent, la planification d’une transformation implique généralement aussi une planification: vous prenez des décisions importantes, non seulement pour le bâtiment, mais aussi pour votre propre planification de vie.

Check-list: la rénovation en dix étapes

  1. Diagnostic de l’état général: une simple rénovation au pinceau des salons, salles de bains ou cuisines suffit-elle ou d’autres mesures sont-elles nécessaires? Quel est l’état des installations techniques du bâtiment et des composants individuels?
  2. Renseignez-vous auprès de l’autorité responsable de bâtiment ou de la police des constructions si le projet doit être approuvé ou non. Si nécessaire, initiez la demande de permis de construire avec un architecte.
  3. Planification du projet: comment les pièces doivent-elles être transformées? La répartition des pièces existante peut-elle être conservée?
  4. Décidez du budget, définissez le plafond des coûts.
  5. Mandatez un architecte et attribuez les contrats aux artisans, etc.
  6. Échantillonnage: sélectionnez les appareils et matériaux auprès des fournisseurs et grossistes.
  7. Établissez le programme de construction, les plans d’exécution et la planification du montage – l’optimisation des processus avec un programme hebdomadaire et journalier détaillé.
  8. Informez les voisins et considérez les aspects organisationnels – les pièces peuvent-elles être utilisées pendant la période de rénovation?
  9. La transformation proprement dite du bâtiment prend plusieurs semaines, voire plus, selon l’ampleur de l’intervention. Avec une bonne planification, il est cependant possible de réaliser en deux à trois semaines des transformations simples et standards comme la rénovation d’une salle de bain ou d’une cuisine.
  10. Réception de la transformation achevée, établissement d’un protocole et d’un accord sur tous les travaux ou réparations sous garantie. Établissement du décompte de construction.

Planification de la rénovation: ici: une transformation parfaite sous les combles. Une extension moderne est également possible dans les bâtiments anciens. (Image: fotolia)