Qu’est-ce qu’une pyrale du buis et comment la combattre?

La pyrale du buis est un petit papillon. Les chenilles jusqu’à 5 cm de long avec leur coloration jaune à vert foncé, la tête noire en forme de capsule et les rayures noires et blanches sont belles à regarder. Mais leur apparence est trompeuse, car ce sont des bestioles affamées qui dévorent le buis et le détruisent.

D’où vient la pyrale du buis?

La pyrale du buis (lat. Cydalima perspectalis) a probablement été introduite en Europe en provenance d’Asie de l’Est par le commerce international des plants de pépinières. Depuis 2012, elle s’est rapidement répandue dans toute la Suisse et a détruit d’innombrables buis.

À quoi ressemble la pyrale du buis?

Ses ailes sont d’un blanc soyeux avec un large ourlet brun aux bords des ailes. La tache blanche en forme de croissant sur les deux ailes est bien visible.

Comment elle se reproduit?

La pyrale du buis s’attache à la face inférieure des feuilles de différentes plantes et ne vit qu’environ 9 jours. Cependant, les femelles pondent leurs œufs exclusivement dans des buis. Les chenilles éclosent en quelques jours ou quelques semaines. Les petites bestioles avides se faufilent à travers les feuilles à l’intérieur du buis, de sorte que les dégâts ne sont pas visibles immédiatement. Ils se nymphosent plusieurs fois et passent par cinq à sept stades larvaires jusqu’à ce qu’elles éclosent sous forme de papillons en juillet. À cette époque, les dégâts déjà importants sur les buis sont également visibles de l’extérieur. Il y a deux à trois générations de pyrales par an. En septembre, la dernière génération de l’année éclot et pond à nouveau. Ces chenilles passent l’hiver dans des cocons entre les feuilles. Même les basses températures en hiver ne les dérangent pas. Au printemps, elles redeviennent actives et le grand repas recommence.

Attention: en raison des dommages causées par la pyrale du buis, le cylindrocladium se déclare souvent sur le buis, une maladie fongique qui affaiblit encore plus les buis. En cas de maladie fongique aussi, le buis perd toutes ses feuilles.

Comment déceler si la pyrale du buis était au travail?

Si vous remarquez des feuilles sèches et grises sur votre buis normalement vert vers juillet et que vous voyez aussi des dégâts nutritifs causés par ces bestioles, alors les chenilles de la pyrale du buis étaient au travail. De plus, le ravageur est reconnaissable aux toiles blanchâtres, qui ressemblent à des toiles d’araignées disséminées partout sur la plante et dans lesquelles des miettes de fèces blanchâtres sont visibles. Es œufs jaunâtres sont situées sur la face inférieure de la feuille et se distinguent par des points noirs au centre. Pendant la saison froide, on peut voir les larves de la pyrale de bois hiberner dans les cocons.

Que faire si le buis est déjà infesté?

  • Les ennemis naturels: malheureusement, jusqu’à présent, seule la guêpe semble être un ennemi naturel de la chenille.
  • Traitement mécanique: les chenilles peuvent être enlevées à la main ou aspirées à l’aide d’un aspirateur. Attrapez les chenilles qui tombent avec un tissu ou une feuille de plastique sous l’arbre.
  • Produit de pulvérisation: en cas de forte infestation ou de grands buis, il est recommandé d’utiliser des produits de pulvérisation biologiques ou des insecticides. Les pulvérisations biologiques doivent être inoffensives pour les insectes bénéfiques, c’est-à-dire qu’elles ne doivent pas poser de problème aux abeilles. La prudence est de mise lors de l’utilisation d’insecticides. Afin de protéger les hommes et les animaux, les instructions d’utilisation et les consignes de sécurité doivent être strictement respectées. Il est préférable de demander à votre revendeur spécialisé quel est le remède approprié pour votre buis.

Comment prévenir?

Commencez en mars par des inspections régulières et coupez le buis au printemps. De cette façon, les dépôts d’œufs peuvent être détruits. Arrosez le buis seulement tôt le matin et évitez que les feuilles soient mouillées. De plus, fertilisez-le régulièrement, surtout s’il pousse dans des bacs. Parce que les plantes saines sont moins sensibles aux ravageurs et aux maladies.